Je ne peux pas faire de note lecture sur Un Dieu et Des Mœurs d’Elgas. Je n’y arrive pas. Et pourtant, je l’ai lu trois fois. Et chaque nouvelle lecture était comme une première pour moi. Les deux bouquins que j’ai lus à la suite d’Un Dieu et Des Mœurs étaient les pires bouquins de ma vie. Ils étaient fades. Sans âme. L’horreur. Un troisième ouvrage d’un de mes auteurs préférés allait s’ajouter à cette liste noire de livres que j’ai qualifiés de nul et cela m’interpella : je pense trés sincèrement que j’étais possédée par les palpitants écrits d’Elgas.

Mes week-ends, le père Goriot et moi
Mes week-ends, le père Goriot et moi

Il a fallu me plonger dans les personnages déments du Père Goriot pour oublier les percutants tableaux de vie d’Elgas. C’était la délivrance : Balzac m’a libéré d’Elgas. J’ai donc essayé d’écrire cette fameuse note de lecture sur Un Dieu et des Mœurs et je me suis très souvent retrouvée devant une page blanche. A chaque tentative, les mots se bousculaient dans ma tête et les émotions me submergeaient. C’était chiant. Je me suis donc dis que je vais démarrer l’aventure booktubeuse avec Un Dieu et Des Mœurs. Et bien, c’est chose ratée : je n’ai pas dit ce que je devais (et voulais) dire. J’ai fait cent prises en 2 mois et à chaque fois le résultat était catastrophique. Ras-le-bol, on y va quand même. Mais cela ne vous empêchera pas de regarder cette vidéo (voir ci-dessous). Retenez juste que si vous n’avez pas encore lu ce fabuleux bouquin, ne tardez plus.

Dans ce chef d’oeuvre d’Elgas, vous y retrouverez le miroir de la société Sénégalaise. Avec du courage et de la lucidité, l’auteur s’est attaqué aux maux d’une société ployée sous le poids de la tradition et de la religion. Il a reussi avec talent, à mettre de la vie et de l’urgence sur des réalités que nous avons finies par banaliser. Chaque portrait ou récit que vous découvrirez dans ce bouquin, vous fera forcément penser à un quelqu’un de votre entourage. Pire, ce livre vous attaquera, attaquera votre famille, votre pays, votre continent. Il testera votre sincérité envers vous même. Vous allez pleurer (c’est selon : si vous êtes une madeleine ou un rock). Vous allez éclater de rire. Vous allez vous détester. Oui, il y aura ce concert d’émotions. Vous savez pourquoi tout cela ? Parce-que ce bouquin est comme cette vérité dure à entendre qui vous met au défi de la nier. Cette oeuvre est un vrai test sur la lâcheté : il y a pleins de cases à cocher et à la fin vous en saurez plus sur votre degré de lâcheté sur les réalités Sénégalaises.

Un Dieu et Des Mœurs ouvre le débat sur des sujets sensibles au Sénégal et en Afrique en général (mort gratuite, excision, enfants talibés, fanatisme mou, homophobie, lévirat, fatalisme…). Et il n’y aura pas de Cheikh Anta, pas de Lumumba, pas de Sankara pas de leader charismatique pour nous sauver de ces maux.  Non! Nous devons tous nous mobiliser pour débattre ouvertement sur ces sujets là, trouver des solutions concrètes et procéder à leur mise en oeuvre. L’urgence serait peut-être sur ce gamin en haillon que tu as croisé tout à l’heure en sortant de chez Mamad Saliou, le boutiquier du quartier. Sinon, tu as certainement vu sa photo sur l’une des nombreuses pages facebook de ces associations qui s’occupent de son cas.Tu vois ? Je te parle de ce gamin qu’on te citera sur le Sénégal après t’avoir parlé de sa Téranga (hospitalité). Bon au pire, si tu ne sais toujours pas de qui je parle, tape “haillon + enfant + Sénégal » sur Google images. Attention aux yeux, ça va faire mal.

J’ai lu et adoré Un Dieu et Des Mœurs d’Elgas. Dans ma bibliothèque,il a rejoint le cercle fermé des classiques de la littérature Sénégalaise. Je l’ai fièrement rangé à côté de Mariama Bâ, la célèbre auteure d’Une si longue lettre (cet autre classique de la littérature Sénégalaise).

Lisez-le, faites le lire. Débattons-en.

 

Aminata Thior